made in france #3

Strasbourg, capitale de Noël

J’ai passé récemment quelques jours à Strasbourg afin de profiter d’un des plus anciens et des plus beaux marchés de Noël.

J’avais déjà visité Strasbourg et ses marchés au cours d’un voyage scolaire, et de nouveau il y a quelques années, mais on ne se lasse jamais des marchés de Noël une fois qu’on y a goûté !

Cette année, j’ai profité d’une visite nocturne de la ville organisée par l’office de tourisme qui traitait justement de la tradition des marchés de Noël et des illuminations à Strasbourg, je vous fait un petit résumé, accompagné de quelques photos.

Les premiers « marchés de Noël » à Strasbourg remonte à des temps ancestraux.
Ils ont débuté au XVIe siècle autour de la cathédrale sous le nom de marché du Saint-Nicolas. À l’époque, les marchés de Noël ne sont pas du tout une tradition, pas même en Allemagne où ils sont établis vraisemblablement à Francfort et Dresde uniquement.

En 1570, au moment de la Réforme, Strasbourg devient une ville protestante. Les Saints ne faisant pas partie du culte protestant, il est impensable de garder un marché en l’honneur de Saint Nicolas : le marché est renommé en l’honneur de l’enfant Jésus « Christkindelsmärik » (marché de l’enfant Jésus en alsacien). Il vit ainsi à Strasbourg, avec des hauts et des bas, pendant plusieurs siècles.

La cathédrale de Strasbourg

L’intérieur de la cathédrale a été complètement décoré pour Noël avec des boules et des petits anges accrochés à tous les lustres ! Et une crèche sur la vie de Jésus.

 

Mais l’intérieur est déjà splendide en soi.

La fameuse horloge astronomique. Elle fonctionne tous les jours à 12h, accès payant sur le côté de la cathédrale. Accès payant également à la plateforme de la cathédrale (plus de 300 marches).

 

 

C’est en 1991 que les marchés de Noël prennent leur essor.
Le maire de Strasbourg décide de développer le marché et de créer un véritable événement autour de Noël. Le marché s’étend alors sur 6 places, dont la place Broglie et la place Kléber. Et Strasbourg s’autoproclame « capitale de Noël » (nom déposé en 1992).

Chaque place de marché a ses spécificités. Le marché est aujourd’hui étendu sur une douzaine de places.

Sur la place Kléber se tient le marché des associations caritatives. Pendant un mois, les associations se relaient dans les chalets : Noël est aussi un moment pour faire le bien autour de soi.
C’est aussi là qu’est installé chaque année le grand sapin.

Cette année, la sélection du sapin a été compliquée. Le premier sapin s’est fendu dans les bois. Le deuxième avait également le pied fendu et il a été changé pour des raisons de sécurité. Il aura donc fallu trois sapins pour arriver à ce résultat !

Le calendrier de l’avent de la ville : une image par jour.

La place Broglie accueille le plus grand nombre de chalets, mais de nombreuses places de la grande île sont occupées !

La place des Meuniers accueille, elle, les « Irréductibles petits producteurs d’Alsace » : il faut être un producteur alsacien (et donc vendre des produits artisanaux) pour avoir un stand sur cette place !

 

Après 1991, les villes environnantes (et grandes villes plus éloignées), voyant l’engouement créé autour de Noël, s’intéresse à la chose et les marchés de Noël se répandent de plus en plus.

Dans les rues illuminées de Strasbourg

Les commerçants de la ville de Strasbourg sont responsables de la décoration des rues. La ville verse une subvention (à peu près la moitié), et les commerçants se chargent du reste.

Près du marché de la Petite France, un restaurant (installé dans une ancienne tannerie) installe tous les ans les rois mages dans l’ancien grenier de séchage des peaux.

Les commerçants rivalisent de créativité pour décorer leur façade !

Le long du fleuve

Strasbourg est une ville sur l’eau. On peut y trouver une petite écluse et un barrage fortifié de Vauban. Le passage est accessible et on peut même monter sur la terrasse pour une belle vue sur le fleuve !

Très beau aussi de nuit 🙂

Les maisons à colombages

Les maisons à colombages (ou pans de bois) sont typiques de la région.

La maison Kammerzell, plus ancienne maison de Strasbourg, est tout à fait dans le ton.

Les restaurants traditionnels en Alsace s’appellent les « Winstub » (littéralement ‘maison du vin’). À l’origine, il s’agissait de bars où l’on se retrouvait pour boire du vin et parler alsacien. Rapidement, on a commencé à servir des spécialités à manger en même temps.

J’ai testé sur la place de la cathédrale le restaurant Gurtlerhoft, dans une cave, très typique et délicieux 🙂

Les toits de la ville sont particuliers également. Ils sont sur plusieurs étages car les greniers servaient beaucoup à stocker le grain.

Le parc de l’orangerie

Dans le quartier de l’Europe, près du Parlement et du Conseil de l’Europe, se situe le plus grand parc de Strasbourg : le parc de l’Orangerie.

Développé petit à petit, le bâtiment central a pris le nom de l’impératrice Joséphine car elle aimait beaucoup ce jardin.

Le lac et cascade ont été rajoutés plus tard.

Vous y trouverez aussi une fermette et un petit zoo. Il renferme principalement des volatiles, dont un élevage de cigognes, oiseau emblématique de l’Alsace !

 

Lorsque vous irez, passez un bon séjour à Strasbourg !

 

Une réflexion sur “made in france #3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *