made in magyarország #3

Budapest

Sziasztok!

Moment nostalgie : les photos de mon voyage à Budapest en 2015 ! Que de beaux souvenirs !!
Peut-être pour renouveler la motivation et apprendre plus vite.

Budapest (prononcé [by.da.ˈpɛst ], en hongrois) est la capitale de la Hongrie. Ses habitants sont les Budapestois (en hongrois, budapesti, -ek).

La ville actuelle est créée en 1873 par la fusion de Buda — alors capitale de la Hongrie — de Pest et d’Óbuda. A l’époque romaine, elle aurait été peuplée par des celtes. Les Magyars arrivent dans la région au IXe siècle. Leur premier point d’implantation est pillé par les Mongols au XIIIe siècle. La ville est reconstruite et devient l’un des centres de la culture humaniste de la Renaissance au XVe siècle.
Après près de 150 ans de domination ottomane, elle poursuit son développement et connaît son apogée avec l’épanouissement de l’ère industrielle aux XVIIIe et XIXe siècles.
Après la fusion de 1873, la ville devient la seconde capitale de l’Autriche-Hongrie. Marquée par les différentes traces léguées par l’histoire, Budapest a notamment été l’épicentre de la révolution hongroise de 1848, de la République des conseils de Hongrie de 1919, de l’opération Panzerfaust en 1944, de la bataille de Budapest de 1945 et de l’insurrection de 1956.

Considérée comme l’une des plus belles villes d’Europe et comme la « perle » du Danube, son panorama, le quartier du château de Buda, l’avenue Andrássy et le métropolitain du Millénaire figurent au patrimoine mondial de l’UNESCO. Son ancien statut de co-capitale de l’Autriche-Hongrie lui confère un rayonnement important en Europe centrale. C’est la 2e ville la plus peuplée d’Europe centrale après Berlin.Destination touristique importante, la ville attire plus de 4.3 millions de visiteurs par an.

 

La Basilique Saint Étienne

La « Szent Istvan Basilika » est située côté ‘Pest’. La construction de la basilique a commencé en 1851, elle suit un style néoclassique. En 1867, la coupole s’effondre et le nouvel architecte décide de lui donner une coupole néo-Renaissance.
L’intérieur est orné de mosaïques, de tableaux, de sculptures des plus grands artistes hongrois.
Une des chapelles conserve la plus importante relique Hongroise : la Sainte Dextre, la main droite momifiée du premier roi hongrois Étienne auquel l’église doit son nom.

 

Le château de Buda

Le palais de Budavár ou palais du château de Buda (en hongrois : Budavári Palota), anciennement appelé palais royal (en hongrois : királyi palota), est le château historique des rois de Hongrie. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le château de Buda comprend deux musées : la Galerie nationale hongroise (Magyar Nemzeti Galéria) et le Musée historique de Budapest (Budapesti Történeti Múzeum).

Vue sur les collines de Buda

En effet, il faut savoir que côté Buda, il y a des collines ; et côté Pest, c’est plat. Ainsi, c’est plus facile de savoir où l’on est 😉

 

Le Pont des chaînes

En hongrois Széchenyi lánchíd, pont suspendu qui enjambe le Danube à Budapest, en face du château de Buda.

Entrepris en 1839 selon le projet du comte István Széchenyi, et terminé en 1849, ce pont est un véritable exploit technique pour l’époque. Il fut le premier pont permanent sur la section hongroise du Danube et constitue l’emblème de Budapest.

Au fond, on peut voir les rails du funiculaire qui permet de monter sans effort, mais pour un certain coût, jusqu’au château.

 

On trouve des statues en métal de ce type un peu partout dans Budapest. Ici, il s’agit de la représentation d’un peintre hongrois dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom.

Budapest by night – Danube et château de Buda

 

Citadelle et statue de la Liberté (Buda)

Le Danube

Deuxième plus long fleuve d’Europe après la Volga. Écouter le beau Danube bleu de Johann Strauss fils (1825-1899)

La ligne de tramway longe le Danube. La nuit c’est vraiment beau. En particulier à cette époque de l’année, certains trams sont déguisés pour Noël et couverts de guirlandes !!

 

Le Parlement

(Parlament ou Országház en hongrois) est un vaste bâtiment, inauguré au début du XXe siècle, situé sur la rive orientale du Danube à Budapest. Depuis 1902, il est le siège de l’Assemblée nationale de Hongrie et héberge à ce titre les services parlementaires ainsi que la Bibliothèque de l’Assemblée nationale de Hongrie. Cet édifice, dont les volumes s’organisent autour du dôme central, possède une façade néo-gothique mais un plan au sol qui suit des conventions baroques.

 

Vue du château de Buda

 

La place des héros de Hongrie

Hősök tere en hongrois, est une vaste place monumentale située entre le haut d’Andrássy út et l’entrée du parc Városliget. La place est organisée autour de l’esplanade du monument du millénaire (en hongrois : Millenniumi emlékmű ou Ezredévi emlékmű), construit pour célébrer les mille ans d’installation des Magyars dans la plaine de Hongrie.

Le monument du millénaire est construit entre 1896 et 1922. Il est composé de deux péristyles en demi-cercle sur lesquelles se trouvent les statues des principaux souverains de l’historiographie hongroise. L’ensemble est couronné d’une imposante colonne de 45 m de hauteur avec l’archange Gabriel au sommet. Sur la place figure également le monument aux morts de la guerre de la libération de 1848-1849 et une statue équestre du chef Árpád entouré des six autres chefs de tribu de l’Honfoglalás. En 1932, en référence à la statuaire, la place est baptisée Hősök tere : la « place des Héros ».

Les statues se trouvant sur les deux péristyles représentent de gauche à droite : dans la péristyle à gauche, Étienne Ier de Hongrie, Ladislas Ier de Hongrie, Coloman de Hongrie, André II de Hongrie, Béla IV de Hongrie, Charles Robert de Hongrie et Louis Ier de Hongrie ;
dans le péristyle à droite, Jean Hunyadi, Matthias Ier de Hongrie, Étienne II Bocskai, Gabriel Bethlen, Imre Thököly, François II Rákóczi et Lajos Kossuth. Sur le portique gauche en haut en face d’Andrássy út se trouve la statue du Travail et du Bien-être, et de l’autre côté le char de la Guerre. Sur le portique droit en haut se trouve la statue de la Connaissance et de la Gloire. À l’autre bout en face du char de la Guerre est placé le char de la Paix.

 

La patinoire

Derrière la place des Héros, se trouve le Parc Városliget. Dans ce parc, on trouve plusieurs châteaux et le zoo de Budapest. En hiver, la rivière est gelée et sert de patinoire extérieure.
Même complètement nulle en patinage, j’ai testé. Ceux qui se débrouillent mieux doivent pouvoir profiter davantage du paysage, c’est très chouette !

 

Le marché couvert, plein de souvenirs et de nourriture hongroise

 

Vues de Budapest

A côté du funiculaire, il est possible de prendre un chemin pour monter à pied jusqu’au château de Buda. Quelques photos, pour la vue 🙂

 

Un corbeau sur le portail du château.
Les corbeaux sont-ils aussi symbole de royauté en Hongrie ?

 

Eglise Saint Matthias

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Budavár (Budavári Nagyboldogasszony-templom), ou église du couronnement de Budavár (Budavári Koronázó Főtemplom) ou encore église Saint Matthias (Mátyás-templom) est l’un des principaux sanctuaires catholiques de Budapest, située à côté du château de Buda. Elle sert de cadre aux cérémonies du couronnement de plusieurs souverains hongrois et doit son appellation populaire à l’un d’entre-eux, Mátyás Hunyadi, dit Mathias Corvin (1458-1490).

Transformée en mosquée durant l’occupation ottomane, elle souffre des combats pour la libération de Buda et est reconstruite à plusieurs reprises depuis lors.

Je trouve le toit juste sublime.

 

Bastion des pêcheurs

(en hongrois : Halászbástya) est une promenade de plaisance bordant le quartier du Château de Buda à Budapest.

 

Les bains

Budapest est aussi réputée pour ses bains et ses termes. Je n’ai pas eu l’occasion d’y aller, mais une petite image issue d’internet ne fait pas de mal 😉

 

Budapest by Night

Et pour finir, petite promenade de nuit à Budapest : le château de Buda et le pont des chaînes, une statue sur un pont près de la place de la Liberté et du monument de la Libération de la Hongrie par les communistes russes et le Parlement.

 

Viszlát!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *